Toscane

Val d'Orcia

Ici le doute n’est plus permis, nous sommes bel et bien en Toscane. Entre Montalcino et Montepulciano s’étend le Val d’Orcia, lieu emblématique des paysages toscans. La route est toujours aussi sinueuse, aussi défoncée, mais elle permet d’y avancer lentement et d’admirer le paysage. Les moissons étant rentrées, le paysage apparaît un peu plus gris que jaune, lorsque les blés sont mûrs. Mais l’impression générale est bien présente.

En route pour Montepulciano, autre village vinicole bien typé, nous faisons halte à Pienza, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO. Pienza doit tout à son natif le plus célèbre: Enea Silvio Piccolomini (ça ne s’invente pas). Si ainsi exprimé le nom ne fait rien résonner de spécial c’est que l’illustre habitant s’est fait connaître sous un autre nom, celui de son pontificat: Pie II. Devenu pape en 1458, il a voulu faire de sa ville la ville idéale selon les canons architecturaux de la Renaissance. Il s’est attaché à modeler la cité pour en faire celle que l’on peut encore admirer aujourd’hui. Il s’agit de l’un des uniques modèles architectonique et urbanistique de la Renaissance mené à terme. Et dans son testament, il a même interdit à ce qu’on touche à la cathédrale, elle devait rester telle que réalisée à l’origine, sans la moindre modification. Plus encore, le nom même de la ville est intimement liée à ce pape: PIo ENea SAenens qui signifie Pio Enea de Sienne.


Montepulciano, autre village vinicole et perché. Depuis la place de parc, il y a même un ascenseur pour atteindre le bas du village, car ensuite il faut encore grimper pour parvenir au sommet. La chaleur est toujours aussi écrasante. Fort heureusement, les ruelles du lieu sont très étroites et donc très ombragées, et il y circule une petite brise bienvenue. A la Renaissance, Montepulciano a aussi subi des transformation architecturales visant à en faire une « ville idéale ». Le projet n’a pas été mené à terme. Il n’en demeure pas moins quelques bâtisses qui rendent le centre agréable. Mais, à l’image de Montalcino, la balade doit aussi sortir un peu des sentiers battus, en clair s’approcher des bords de la cité pour embrasser tout un paysage de collines. La vue porte même jusqu’au lac Trasimène. La curiosité architecturale la plus remarquable se situe extra-muros. Au pied du village, en arrivant de Pienza, on tombe sur l’église San Biagio, une vraie merveille de l’art Renaissance italien.


Hébergement

Nuit sur l’aire de camping car Del Pinzi à Saturnia, à 80 kilomètres au sud de Montepulciano. Encore une belle surprise avec une aire tout confort. Terrain en légère pente, WC, douche, vidanges et navette gratuite pour les thermes.