Picardie

La baie de Somme

Après notre installation au camping, nous nous rendons au village du Crotoy en fin de journée et en profitons pour déguster des moules, spécialité du restaurant le Ptit Ridin. A recommander, les moules aux oreilles de cochon (des herbes qui poussent dans les prés salés de la baie.

Le temps change le lendemain, nous en profitons pour une balade au Crotoy et surtout réserver une place pour une traversée de la baie à pied le lendemain. Le Crotoy est un lieu qui a vu passer nombre de célébrité, et pas toujours pour les mêmes raisons. Jeanne d’Arc y est emprisonnée, le parfumeur Pierre Guerlain y construit un hôtel, pionniers français de l’aviation, les frères Caudron y établissent une école de pilotage, Colette, Toulouse-Lautrec, Jules Verne y créent certaines oeuvres. Quelques restes architecturaux témoignent encore de ce passé, sans faire du lieu un incontournable. C’est ainsi une journée venteuse en bord de mer que nous passons, journée aussi marquée par la Transbaie, une course à pied populaire entre St-Valery et Le Crotoy. Mais nous avons nos places pour notre balade à pied du lendemain.


Ce devait être le jour de la traversée à pied de la baie de Somme. C’est finalement tombé à l’eau, au propre comme au figuré. La pluie était de la partie, toute la journée. Nous nous sommes rabattu sur une balade à St-Valery et au Hourdel, dans l’espoir d’y apercevoir quelques phoques. Peine perdue, pas le moindre mammifère marin et ce n’était d’ailleurs pas un temps à mettre un phoque dehors.

La balade à St-Valery était tout aussi arrosée. Dommage car nous n’avons malheureusement pas pu vraiment profiter du village de pêcheur médiéval qui semblait très pittoresque.


Après la pluie, le beau temps… ou presque. Suffisamment en tous cas pour nous permettre de traverser la baie de Somme à pied, avec un guide naturellement, c’est d’ailleurs plus sage. C’est une des animations phares de la région, avec l’observation de phoques au Hourdel. La traversée à pied de la baie vaut le déplacement. Mais attention, il faut s’équiper correctement. De préférence, si la température le permet, en pantalon court et à pied nu, car on marche en plusieurs endroits sur un sol spongieux et boueux. Les bottes ne sont pas toujours une bonne option car si le pied s’enfonce profondément et que l’eau s’y engouffre, la suite de la balade devient un peu pénible.

Compter deux bonnes heures pour la traversée. Le guide fait des arrêts réguliers pour donner des informations sur les différentes facettes de la vie dans la baie.

On peut y cueillir de la salicorne et des oreilles de cochon pour agrémenter le repas du soir (pas de crainte à avoir, ce sont des herbes qui poussent dans les prés salés).

Après cette promenade agréable, le retour au Crotoy peut se faire en chemin de fer, avec un train à vapeur, solution que nous avons privilégié. Le tour de la baie par le sud de cette manière dure une bonne heure, à un rythme agréable qui permet de profiter pleinement du paysage. A recommander chaudement.

De retour au camping, nous apprêtons les salicornes et oreilles de cochon récoltée dans la journée à notre façon, en salade et en accompagnement de patates grillées.


Au Crotoy, nous nous sommes posés au camping Le Tarteron, qui offre une réduction avec la carte ACSI. Un peu loin du centre-ville, compter une bonne demi-heure de marche, ou alors utilisez le vélo. Une aire de camping car est située face à la baie à proximité immédiate du centre (voir la carte), à privilégier pour une nuit. Mais le camping a ceci d’intéressant qu’il propose une piscine couverte et chauffée, tellement agréable après une journée de visite.