Tchéquie

Dans l'univers du froid

Arrivée à Prague en début de soirée. Depuis l’aérodrome, nous prenons le bus qui nous amène en une vingtaine de minutes au centre-ville, à un jet de pierre de notre hôtel (K+K Hotel) où nous nous rendons immédiatement. Puis sortie en ville pour profiter de la soirée. On se croirait presque en été tellement les rues et les terrasses sont bondées, l’ambiance est absolument incroyable. Nous flânons sur la place Starometske puis faisons un tour dans le quartier de Mala Strana avant de rentrer.

Le lendemain une belle journée ensoleillée nous attend qui nous permet de découvrir la ville en hiver. Il fait froid, mais l’ambiance générale est chaleureuse. Nous pouvons visiter les trois marchés de Noël de la ville, mais renonçons à grimper jusqu’au château. Le jour suivant, départ en matinée pour Brno.


Capitale de la Moravie, Brno n’a malheureusement pas le charme de Prague. Laïna nous fait découvrir une ville certainement plus industrieuse à l’époque communiste, et les restes de cette époque sont encore bien présents. Le centre ville n’est pourtant pas sans charme et l’ambiance y est tout aussi chaleureuse qu’à Prague. Une chose est certaine: les Tchèques vivent dehors, été comme hiver car ici également, les terrasses sont bondées et les places noires de monde.

Le lendemain de notre arrivée, nous faisons une visite à pied de quelques endroits de la ville. Nous passons devant un des immeubles dans lequel la famille paternelle d’Ariane a vécu quelques temps vers la fin de la guerre. De même nous grimpons jusqu’à la villa Tugendhat, inscrite au patrimoine mondiale de l’UNESCO, une habitation que la famille paternelle d’Ariane a occupée quelques jours à la même période.


Le surlendemain, retour à Prague direction aéroport pour prendre le vol de retour qui nous ramène à Zurich en fin de journée.Nous faisons halte à Cham sur le chemin du Valais pour une rencontre qui changera nos vacances futures. Nous avons rendez-vous avec le propriétaire d’un pick-up équipé d’une cabine habitable de modèle Tischer et qui veut s’en séparer. L’état de l’ensemble est parfait. Deux jours plus tard nous acceptons l’offre. Exit donc la caravane et vive la cabine habitable.

Sommaire