Picardie

Pays de falaises

Nous avions en tête, en ce quatrième jour, de débuter par une visite du château de Ramburre. Las, il a fallu déchanter pour cause d’horaire de visite incompatible. Du coup, nous avons poursuivi tranquillement jusqu’au Tréport. Il suffisait pourtant de lire le guide pour constater que les visites se terminaient à midi pour reprendre à 14h00. Et nous sommes arrivés à midi moins le quart devant le château.

Dommage. Nous avons donc zappé la visite pour continuer vers Le Tréport. Visite de Mers-les-Bains. Un front de mer à couper le souffle. Des façades Belle Époque sur 300 mètres de long, une plage de galets recouverte de maisonnettes blanches et au fond les falaises de craie. C’est splendide et ça mérite vraiment le voyage. Nous en avons profiter pour parcourir les ruelles de cette station balnéaire qui a connu son heure de gloire au début du 20e siècle.

Et d’ailleurs, la gare du Tréport, située à Mers, est le terminus de la ligne en provenance de Paris. Les ruelles perpendiculaires au front de mer sont elles aussi de la même veine. A noter que la villégiature est en partie en Normandie. Un panneau indique la frontière entre la Picardie et la Normandie, cocasse.

Ne pas hésiter à gravir la falaise à l’est pour une vue plongeante sur le village. Un camping est situé à flanc de falaise (camping de la Falaise) qui offre une vue imprenable.


Le Tréport a ceci de particulier que la ville dispose d’un funiculaire pour se rendre de la ville basse à la ville haute, sur la falaise. Une construction plutôt originale. Le funiculaire était un de nos buts de promenade du jour. Nous nous y sommes rendus via le port, le phare et le pied des falaises, qui sont encore plus impressionnantes vues d’en bas.

Le funiculaire est gratuit. Il est composé de petits véhicules (presque) individuels, genre télécabines, à six places. En deux minutes on se retrouve au sommet de la falaise.

Et là, la vue est imprenable à 360°. Le regard porte jusqu’à la baie de Somme et même plus loin, on espère deviner les côtes anglaises en face, mais c’est un peu loin, et on rêve de voir les falaises d’Étretat à l’ouest. La déception du jour fut notre randonnée avortée. Pour cause de danger d’éboulement, le chemin des falaises était fermé après un petit kilomètre de marche. Demi-tour donc et retour au Tréport, cette fois en empruntant le chemin piétonnier: les escaliers.


Sur la route de la baie de Somme, nous nous arrêtons à Ault, là où naissent les falaises, puis à Cayeux-sur-Mer. Ault est nichée dans une sorte de repli de falaises, entre Cayeux-sur-Mer et Mers-les-Bains. C’est ici que commencent les falaises de craies qui s’étendent vers la côte normande à l’ouest. A l’est s’étend la baie de Somme et la côte d’Opale. Depuis la partie est d’Ault, un chemin bétonné, et piéton, bordé d’une clôture blanche, serpente vers le haut de la falaise, offrant un panorama sur l’enfilade de falaises vers Le Tréport et plus loin. Puis le chemin redescend vers le centre du village avant de remonter de l’autre côté. Une halte pour savourer la vue s’impose.

Cayeux est plutôt balnéaire avec une interminable plage de gros galets bordée de cabanes de plage. N’oubliez pas vos chaussures pour vous balader sur le littoral.


Au Tréport nous nous installons au camping Les Boucaniers. Bien placé pour visiter le Tréport mais un peu plus loin de Mers-les-Bains. Compter une vingtaine de minutes à pied pour Mers-les-Bains en passant par les digues du port (trajet indiqué en rouge sur le plan).